Réveiller, Révéler, Rayonner

Tout savoir sur le Brown-out

Brown-out : le reconnaître, le prévenir et le guérir

Le brown-out est un phénomène moins connu que le burn-out, pourtant il peut toucher tout le monde, notamment dans un environnement professionnel. Ses symptômes sont à la fois physiques et émotionnels. 55 % des salariés seraient concernés par cette perte de sens au travail qui se manifeste par un manque d’énergie important. Mais ces chiffres ne sont pas une condamnation ! Il est possible de s’épanouir professionnellement et individuellement. L’important est avant tout de savoir reconnaître et prévenir le brown-out pour l’éviter 👀. 

 

Sandra Jund - Le brown-out : symptômes, conséquences et solutions

Qu’est-ce que le brown-out ?

Le brown-out, encore un terme anglais ! Il désigne littéralement une baisse de tension sur un réseau électrique. En clair : le brown-out arrive dans une situation qui nous vide de toute notre énergie ⚡. Sur le terrain, ce mal-être se distingue souvent par une profonde perte de motivation, voire une perte de sens. On ne trouve plus de but, d’intérêt à travailler. C’est le fameux “à quoi bon ?”. On appelle d’ailleurs le brown-out par une autre appellation en français : le syndrome de désengagement professionnel

La situation de brown-out peut avoir des conséquences sur le monde de l’entreprise avec une multiplication des arrêts de travail, mais aussi jouer sur les performances, le bien-être et l’ambiance dans votre environnement de travail, que vous soyez salarié ou indépendant. Mais il faut avant tout garder en tête que le brown-out est une forme de mal-être, un tiraillement entre une perte de sens de ses objectifs d’un côté, et des valeurs que la personne voulait insuffler dans son travail de l’autre – sans y arriver. 💡 La qualité de vie au travail a également un grand impact sur ce phénomène.

Quelle est la différence entre brown-out, burn-out et bore-out ?

🪫 Le brown-out se manifeste avant tout par une perte d’enthousiasme par le travailleur, véritablement en quête de sens dans son quotidien professionnel. C’est sûrement le phénomène qui est le plus difficile à identifier – et aussi le plus récent. 

🔥 Le burn-out est un syndrome d’épuisement professionnel, qui peut se révéler de manière brusque : le corps et/ou l’esprit refuse tout simplement en jour de retourner au travail. Une surcharge de travail et un surinvestissement sont les causes principales de cet état pouvant amener à des problèmes de santé importants.

⏳ Le bore-out est peut-être le plus discret des trois au travail. C’est l’opposé du burn-out : le travailleur est dans une situation d’ennui total. Et ce n’est pas non plus un cadre de travail sain ! Placardisation, absence d’occupation stimulante, manque de valorisation, sous-charge de travail : cela engendre du stress et des troubles psychologiques.

Même si des éléments individuels entrent en ligne de compte dans le développement de ces 3 formes d’épuisement professionnel, il est évident que de mauvaises conditions accroissent les risques de brown-out, de bore-out ou de burn-out. Tous les trois, ils génèrent du stress et mènent à des arrêts de travail quand ils ne sont pas traités à temps. 🔎 Voyons plus précisément quelles sont les causes potentielles de brown-out en entreprise.

Sandra Jund - Qu'est-ce que le brown-out

Quelles sont les causes du brown-out ?

Les causes du brown-out au travail sont nombreuses. Chaque jour, de nouveaux éléments entrent en ligne de compte et font perdre la motivation au travail. L’anthropologue américain David Graeber parle d’un concept propice au brown-out : les “bullshits jobs”. Des emplois nés du progrès technologique, mais qui sont loin d’amener à l’épanouissement, car trop éloignés des valeurs portés par les travailleurs 😣. 

C’est une piste, mais les causes du brown-out peuvent se retrouver dans tous les corps de métier : 

  • l’incompréhension de son rôle au sein de l’entreprise,
  • des informations contradictoires et une mauvaise communication dans les équipes, et plus particulièrement avec la hiérarchie,
  • un job qui ne correspond pas avec l’emploi pour lequel on a postulé au départ,
  • un travail dévalorisant au regard des compétences et de l’expérience de la personne, 
  • des conditions de travail qui ne garantissent pas le bien-être de tous,
  • des remises en question face à l’évolution de son métier (prenons l’exemple de l’IA 🤖 !),
  • une “erreur de casting”, un métier qui ne nous convient tout simplement pas,
  • des journées répétitives, sans challenge et sans saveur,
  • l’absence de travail collaboratif et de partage,
  • des situations de travail trop exigeantes et en inadéquation avec les valeurs de la personne.
 

De manière générale, celui ou celle qui souffre de brown-out tente de retrouver du sens dans son travail, sans réussite. Et cette personne finit parfois par baisser les bras, tout simplement 😕. Des problèmes personnels, du stress et un manque de sommeil rendent plus propice ce syndrome de désengagement au travail.

Quels sont les symptômes du brown-out ?

Quand on souffre de brown-out, on a l’impression d’être inutile, dévalorisé et de perdre son temps 😬. Ce sentiment qui s’installe peut entraîner un manque de confiance en soi, mais aussi et surtout une absence de motivation totale dans son travail. On fait alors les tâches de façon automatique. Ce n’est pas juste un “petit coup de mou”, mais un vrai ras-le-bol, un rejet de ce travail 🤯 où le sentiment de perte de sens s’aggrave de jour en jour. 

Le salarié au travail ou l’indépendant à la tête de sa petite entreprise : tout le monde est concerné. Désillusion et déception, manque d’entrain, tristesse (parfois très profonde) et tensions nerveuses sont les symptômes et sentiments le plus souvent ressentis. Le brown-out se traduit également par une certaine irritabilité, une hypersensibilité ou, au contraire, une mise à distance totale, une absence d’émotions.

Cette situation est exténuante à tenir sur le long terme et le corps le fait comprendre 👀 : problèmes de sommeil, céphalées, contractures, soucis digestifs, anxiété… Le brown-out peut pousser à trouver des stratégies pour ne plus y penser : la procrastination, la consommation d’alcool ou de drogue, le repli sur soi, etc. 

Les conséquences du brown-out impliquent tout le monde. Vu de l’extérieur, certains signaux doivent alerter 🚨 : absentéisme, retards répétés, paresse, erreurs, etc. La personne ne participe plus, ne prend plus d’initiatives. Bien sûr, les capacités de concentration ou la productivité de la personne en pâtissent aussi !

Comment sortir du brown-out ?

Le brown-out ne signe pas la fin du chemin, ce n’est pas une fatalité 💪 Il faut avoir conscience de ses risques et apprendre à le reconnaître avant qu’il ne s’installe au long terme.

 

1. Prévenir les risques de brown-out

La prévention du brown-out est sûrement la meilleure solution pour l’éviter. Il revient surtout aux managers, aux chefs d’équipes et aux dirigeants de créer des conditions de travail propices à l’échange, à l’écoute et à l’évolution de chaque salarié. 

🔎 Mais pour soi-même, comment procéder ?

  • Se fixer des limites et des bonnes pratiques concernant votre équilibre vie pro et vie perso.
  • Communiquer au travail : ne pas hésiter à demander l’objectif de chaque tâche, de chaque projet pour bien comprendre votre rôle.
  • Demander de l’aide lorsque vous êtes surchargé ou si vous avez des questions.
  • Signaler quand vous trouvez que votre quotidien manque d’éléments de motivation, de challenge et que la routine ou l’ennui s’installe.

2. Savoir si on fait un brown-out

Maintenant que vous êtes sensibilisé à ce phénomène, vous serez plus à même de le repérer chez vous et chez les autres 😉 Il faut alors faire ce premier pas pour dépasser le brown-out en osant en parler à vos proches, à vos responsables ou à une personne extérieure, comme le psychologue du travail. Au besoin, une pause sera nécessaire pour vous éloigner de ce travail qui vous fait souffrir actuellement.

 

3. Guérir du brown-out

⭐ Pour aller au-delà et continuer sereinement votre chemin professionnel, il est important de changer d’environnement

  • demander à intégrer une nouvelle équipe ou à changer de manager si cela est possible,
  • obtenir une promotion pour voir vos responsabilités évoluer,
  • changer d’employeur ou de statut (de salarié à freelance par exemple),
  • vous reconvertir,
  • opter pour un bilan de compétences ou un coaching de carrière.

     

Un accompagnement psychologique est également recommandé dans certains cas. N’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Le brown-out se répand de plus en plus, mais on en a également une meilleure connaissance aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’un phénomène de mode, mais d’une vraie réalité qui pousse de plus en plus de personnes à changer de voie professionnelle.

 

À propos de So’Linkea…
Je suis coach professionnelle. J’ai fondé So’Linkea pour vous aider à trouver votre voie, vous révéler, pour devenir qui vous êtes. So’Linkea c’est aussi une équipe de coachs (présentiel et distanciel France entière !).

Remettons de la lumière dans votre parcours. ☀️

Les programmes sont éligibles aux financements publics. 

À bientôt !

Vous aimez ? Partagez !

Facebook
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.